Le slow gardening : la nouvelle tendance au jardin

Le slow gardening est une nouvelle tendance, ou plutôt une philosophie de jardinage, venant de l’outre Atlantique. Il se présente comme une solution au stress qui peut être lié au jardinage, en proposant une attitude de jardinage décontractée ; l’éco-jardinage, la consommation responsable et le partage. Zoom sur cette nouvelle tendance qui séduit de plus en plus de français.

Le slow gardening, qu’est-ce-que c’est ?

Slow gardening ou littéralement « jardinage lent » en français, est un concept de jardinage qui encourage les acteurs à prendre plaisir à tout ce qu’ils font, et à utiliser tous leurs sens, pour savourer chaque moment passé dans leur jardin. Le jardinage lent, c’est « penser éco-jardinage », « penser consommation responsable », « penser partage » ; mais surtout, c’est adopter une attitude décontractée, pour être moins stressé, tout en respectant l’évolution normale de la nature.

L’objectif du slow gardening

Le slow gardening a pour objectif d’encourager la zen attitude et à renouer avec la nature. Il repense cette habitude à vouloir, par exemple, finir de tendre rapidement une pelouse ; ou encore de finir de couper une haie. Mais plutôt, propose des solutions pratiques, comme le fait de réduire la surface d’un potager s’il est trop grand à entretenir et que le temps vous manque ; de choisir de planter une prairie fleurie pour diminuer votre surface de tonte ; ou encore d’acheter un broyeur, et fabriquer un composteur pour vos déchets verts, au lieu d’aller à une déchetterie. Tout cela, afin de vous donner le temps d’apprécier les moments à flâner dans votre jardin, à sentir vos roses et à les voir pousser, saison après saison, tout en vous aidant à être moins stressé.

Son atout écologique

Le slow gardening est une approche philosophique de jardinage, également, respectueuse de l’évolution propre de la nature et acteur fervent en écologie. C’est un concept qui préconise à laisser la nature à s’auto réguler, ou à laisser faire la nature. Entre autres, à éviter l’utilisation de pesticides, mais plutôt choisir des solutions provenant des plantes elles-mêmes. Par exemple, l’utilisation d’extraits végétaux pour créer des remèdes contre les insectes nuisibles, au lieu d’utiliser un pesticide chimique ; ou encore, l’utilisation d’engrais à base de compostage provenant des déchets. Cela, vous permettra non seulement d’être écolo, mais aussi vous évite d’acheter. Des solutions, qui vous coûteront, de ce fait moins chers. N’hésitez pas d’ailleurs à partager vos idées sur internet, pour en aider d’autres.

Fruits et légumes insolites/oubliés : ils reviennent en force !
Tendance jardin : comment fonctionne la permaculture ?