Comment créer un compost ?

Le compost est le mélange des déchets carbonés ou déchets azotés des ménages, ayant subi des décompositions. Il est possible de créer un compost chez soi en respectant le processus de compostage. Quelles sont alors les propriétés du compost obtenu ?

Principaux éléments de la création d’un compost

Pour créer un compost, les éléments importants sont ; les déchets humides, verts comme épluchures, déchets de jardinage (tonte de pelouse feuilles, tailles de végétaux). Ils sont riches en azote organique. Ensuite, les déchets secs, bruns comme les branches fines, papier carton, tiges sèches, foin, marc de café, bois non traité, riche en carbone organique. L’objectif du compostage est de convertir l’azote et le carbone organique en azote et carbone minéraux en passant par le phénomène de décomposition. Comme l’expérience se déroule en contact du sol naturel, les décomposeurs sont constitués par les micro-organismes (bactéries, champignons.) et les vers de compost présents au sol.

Fabrication du composteur

Il faut tout d’abord un bac à compost sans fond, mais stable et aéré. Par exemple, pour un volume de 1, on utilise des planches découpées en 1 m, et à l’assemblage, on laisse un écartement de 5 cm entre les planches. On peut aussi utiliser des palettes, cela règle vite le problème d’assemblage. Une fois terminé, il faut placer le bac dans un coin du jardin au soleil. Il existe d’autres alternatives : acheter un composteur kit ou juste procéder au composteur tas. Dans ce dernier cas, les déchets sont entassés dans un coin.

Remplissage bien ordonné du composteur

Pour créer un compost de bonne qualité, le mode de remplissage tient compte de quelques règles strictes. On coupe les déchets en petits tronçons pour faciliter la dégradation, puis, on remplit le bac de couches alternées, de 20 cm environ, de végétaux secs et humides. On ajoute par la suite un tas de terre et on refait le remplissage précédent. Au fil du temps, il faut mélanger dans le composteur les nouveaux déchets avec ceux de la couche précédente à l’aide d’un bâton, d’une fourche ou d’une griffe. Au cas où le mélange est trop sec, il faut arroser l’ensemble. Par contre, si c’est trop humide, on apporte des matières sèches. De plus, l’incorporation des branches fines et sèches assure l’oxygénation, et le rajout des feuilles d’orties active la décomposition.

Au bout de 6 à 12 mois, si le compost présente une couleur brune et une odeur de sous-bois, alors il est mûr.

Fruits et légumes insolites/oubliés : ils reviennent en force !
Tendance jardin : comment fonctionne la permaculture ?